Pour une culture des transitions

L’ouvrage sort le 29 février. 
Aux Éditions du LUCAS.

Raphaël Besson est directeur de Villes Innovations, chercheur associé au laboratoire PACTE-CNRS et co-fondateur du Laboratoire d’usages Culture(s) Art Société (LUCAS). Ses travaux portent sur les urbanismes alternatifs (urbanisme tactique, transitoire, transitionnel, culturel), la transformation des politiques culturelles dans un contexte transitionnel et les lieux hybrides, Tiers Lieux et autres lieux intermédiaires.

Avec le tournant écologique de l’humanité, l’on assiste à une « bataille des imaginaires ». Nos sociétés sont lancées dans une course effrénée à l’écriture de nouvelles narrations. Des laboratoires, des collectivités, des artistes lancent tour à tour leurs fabriques de nouveaux récits. Trois grands scénarios se dessinent : le scénario de l’effondrement, fataliste voire mortifère, le scénario « technologiste » qui accélère les innovations technologiques en mesure de soutenir une croissance économique verte, et le scénario « sociétal » qui mise sur nos capacités d’action collective, de résilience et de créativité.

Cette « guerre des récits » nous montre que les crises écologiques, économiques ou sanitaires, ont une dimension fondamentalement culturelle. Elles interrogent nos représentations, nos croyances, nos pratiques… Elles remettent en cause nos connaissances, traditions et valeurs qui participent du vivre ensemble. Elles appellent à un changement culturel profond, à l’image des tenants de l’écosophie ou du biomimétisme qui invitent à repenser nos relations avec le vivant. Ces « crises sans fin » interpellent directement nos décideurs pour qu’ils limitent drastiquement l’artificialisation des sols, la destruction de la biodiversité et l’usage des ressources. Elles induisent de nouvelles politiques économiques, énergétiques, agricoles, alimentaires, urbaines et sociales. Or, pour que ces politiques soient véritablement acceptables et efficaces, il est nécessaire que le substrat culturel de nos sociétés soit préparé et aligné avec des transformations qui s’avèrent radicales. Sans une réécriture collective des valeurs et des régimes de gouvernance qui fondent nos sociétés, nous pouvons faire l’hypothèse que les transitions resteront circonscrites à des sphères essentiellement institutionnelles ou scientifiques.

Dans ce processus, nul doute que les arts et la culture ont une part à prendre, à travers la création de nouvelles expériences esthétiques et coopératives, et l’écriture de récits en mesure de bâtir de nouvelles représentations du monde. Tout l’enjeu consiste à inventer une politique culturelle en mesure d’accompagner les transitions territoriales. Si la perspective est stimulante, les problématiques induites sont nombreuses. 

Qui sont les artistes et les acteurs culturels qui agissent sur les transitions ? Quels sont leurs cadres de réflexion et d’action ? Quels sont les effets de leurs expérimentations sur les transitions ? Parviennent-elles à modifier en profondeur l’action publique ou se réduisent-elles à la production d’expérimentations culturelles isolées et éphémères ? Ce sont ces questionnements que sont abordés dans l’ouvrage Pour une culture des transitions, qui conjugue des apports théoriques et des analyses empiriques issues de différents cas d’études. L’ouvrage écrit par Raphaël Besson a bénéficié du soutien du Laboratoire d’usages culture(s) art société (LUCAS), du ministère de la Culture et de l’Agence nationale de la Cohésion des territoires.

Pour aller plus loin : lisez l’article The conversation  « Quelle place pour les arts et la culture dans les transitions territoriales ? »

En couverture de cet ouvrage, Cinema Usera (Madrid) © Todo Por La Praxis. TXP

Le livre est au prix de 20 € TTC (hors prix d’expédition) 

L’ouvrage est enrichi d’une préface et d’une postface, avec les contributions et les articles de :

  • Aurélie Berthaut (Jeanne Barret)
  • Éric Briat (ANCT)
  • Laurent Chicoineau (Quai des Savoirs)
  • Alexandra Cohen et Agathe Ottavi (Cuesta)
  • Alban Corbier-Labasse,
  • Mathilde Gouteux et Stéphane Pinard (Friche La Belle de Mai)
  • Basile Frumy (Ministère de la Culture)
  • Louis Henry (Institut pour la Recherche, Groupe Caisse des Dépôts)
  • Joëlle Le Marec et François Ribac (Muséum d’Histoire Naturelle, Université de Bourgogne)
  • Lucie Lejeune (Observatoire des politiques culturelles)
  • Isabelle Moulin (EUROPAN)
  • Amina Mourid et Emmanuel Matteudi (Think Tanger, Aix-Marseille Université)
  • Hélène Peskine (PUCA)
  • Magali Pinon-Leconte (Ministère de la Transition écologique)
  • Nadine Richez-Battesti (Aix-Marseille Université)
  • Olivier Rovellotti (Natural Solutions)
  • Philippe Teillet (IEP Grenoble)
  • François-Laurent Touzain (Agence 360)

 

Les Éditions du LUCAS 

Fondées en 2023, les Éditions du LUCAS assurent la publication de rapports, ouvrages et articles qui étudient la transformation des politiques culturelles dans un contexte transitionnel. Les Éditions du LUCAS sont dotées d’un comité de lecture composé d’universitaires, d’acteurs culturels, d’artistes, d’agents des collectivités et des ministères.